Articles

Retrouvez tous les articles, news et vidéos d’Arcanae sur l’Égypte ancienne.

Le mystérieux sarcophage d'Alexandrie

Le 25/07/2018

Découvert début juillet 2018 à Alexandrie, dans la rue Al-Karmili, dans le quartier de Sidi Gaber, un imposant sarcophage en granit noir de 2,70 m de long, 1,85 m de haut et 1,65 m de large a défrayé la chronique. La découverte d’un sarcophage inviolé n’est pas chose courante. Ce sarcophage de 30 tonnes retrouvé plus de 5 m sous la surface du sol, se trouve dans la zone qui correspond à l’antique cimetière de l’est où les Grecs et les Macédoniens se faisaient enterrer pendant la période ptolémaïque.

vue des fouilles

Tout d’abord, internet s’est amusé à imaginer des scénarios catastrophes sur l’ouverture éventuelle de celui-ci : malédictions, maladies, fin du monde, ... Le tout fortement inspiré par des films célèbres sur le sujet depuis des décennies et notamment « La Momie » de Karloff, la série de films « La Momie » (avec Brandon Fraser), X-men Apocalypse ou encore le dernier du genre « La Momie » (avec Tom Cruise).

Momie Karloff Momie Fraser Momie Cruise

Une fois celui-ci ouvert sans encombre, nous avons vu apparaître une pétition, rassemblant plus de 20 000 signatures, en faveur de l’ingestion du liquide qu’il contenait. Gageons que ce dernier événement tient plutôt de la plaisanterie ! Il va sans dire que boire ce liquide aurait des conséquences plus que néfastes !

En effet, à l’ouverture, les émanations ont forcé les ouvriers à s’éloigner avant de pouvoir finir leur travail. Il semblerait que de l’eau se soit infiltrée à travers une fissure découverte sur le côté droit du sarcophage.

sarcophage ouverture

Le Ministère des Antiquités a annoncé que le sarcophage, qui était accompagné d’un buste d’albâtre, datait de la fin la période ptolémaïque ou de la période romaine, soit entre 330 et 30 avant notre ère. Il contient trois squelettes appartenant probablement à une même famille. L’un des crânes porte des blessures causées par un instrument tranchant, il pourrait donc s’agir d’un soldat.

buste d'albatre3 cranes

Mostafa Waziri, secrétaire général du Conseil suprême des Antiquités, a nié que ce sarcophage puisse contenir les restes d’Alexandre le Grand puisque toutes les données historiques connues situaient sa sépulture dans le quartier royal au centre de la vieille ville, dans un cimetière appelé Soma ou Sema. Or ce quartier a totalement été détruit au cours des IIIe et IVe siècles à la suite des révolutions et des guerres menées par la population de la cité. La localisation du mausolée d’Alexandre le Grand reste donc encore un mystère, pourtant l’ex-doyen de la faculté d’archéologie du Caire, Mohamed Hamza a dit que « l’historien grec Aklios a mentionné qu’au Ve siècle, le Soma était localisé à l’intersection des deux rues principales de l’Ancienne ville d’Alexandrie, ce qui signifie que la tombe d’Alexandre le Grand se trouve à la rue Nabi Daniel » enfouie sous les habitations.

Même s’il ne possède aucune inscription, le sarcophage reste une découverte de taille. Le gouverneur d'Alexandrie, Mohamed Sultan, a déclaré que les corps seraient transférés au Muséum national d'Alexandrie et le sarcophage au musée militaire.

Photos © Reuters / AFP


Scan Pyramids - Simon Thuault & ARCANAE

Le 14/03/2018

Notre invité Simon Thuault, Docteur en égyptologie, nous parle de la mission Scan Pyramids.

La mission a débuté sur le terrain à partir de 2015. Elle intègre des scientifiques de différentes nationalités : française, égyptienne (université du Caire et HIP), japonaise et québécoise. Elle a pour but d’étudier certaines pyramides des nécropoles memphites de l’Égypte et en l’occurrence la plus célèbre, la pyramide de Khéops.
Les premiers résultats de la mission sont issus d’analyses thermiques associées à des analyses muographiques, au niveau de l'arête nord-est de la pyramide, qui concerne l’entrée avec les chevrons. Une anomalie derrière la face Nord de la pyramide correspondrait à une cavité dont on ne connaît ni les dimensions, ni l’inclinaison, ni la taille.
Une grande cavité en léger surplomb de la chambre du roi, le « big void », a été découverte grâce à la muographie. C’est grâce à cette technologie que les équipes ont pu trouver ce grand vide dont on ne sait pas exactement s’il est droit ou incliné, s’il est unique ou en plusieurs parties. L’existence de cette cavité a été corroborée par trois équipes différentes. Les restitutions ne montrent pas un emplacement définitif pour le « big void », qui pourrait être plus près de la paroi ou de la chambre du roi.

Après la présentation de la mission et de ses résultats, nous avons entamé une discussion avec Simon Thuault sur les missions précédentes, dans les pyramides de Snéfrou à Dashour, ou plus anciennes dans les puits d’aérations des pyramides de Gîza.
La question des éventuelles fonctionnalités de cette cavité a bien sûr été abordée. S’agit-il d’une chambre funéraire, d’une chambre secrète, d’une pièce remplie de mobilier en or, comme dans la tombe de Toutânkhamon ?
Enfin, nous avons évoqué les technologies en cours de développement qui seront très certainement utilisées pour les prochaines missions (avec le concours de l’INRIA).
Il est indéniable que le mystère des pyramides fascine toujours et que de telles missions peuvent relancer complètement toutes les études autour des pyramides et de l’architecture interne de ces monuments.

Pour plus d’informations sur la mission, consultez :
www.scanpyramids.org